- in -

Work, Work, Work (Pub, Club, Sleep)

21 janvier 2011

I'll send you my love on a wire

A 4h du matin dans le taxi, traverser la Garonne un peu trop vite, c'est pas encore la gueule de bois, j'en suis au point de chialer quelque chose proche du martini pur. Une bouteille à nous deux, quelques noix, Jordan qui gribouillait sur la table, Faustine le visage creux gris de fraiche rupture, on a réussi à en rire pour ne surtout pas penser aux prochaines heures pour les prochains mois. Finalement trop bourrés pour le goodbye sex, ça m'apprendra. Le chauffeur fait mine de comprendre, il a une boîte de mouchoirs de psy, je l'ignore par la fenêtre, la Garonne, Blagnac. L'excédent de bagage c'est mon gros disque dur plein de tout ce qu'il faut finir, je n'ai pas vraiment de bagage à main, je crache 50€ quelle organisation. J'écoute l'ami Bertrand qui peuple parfaitement la torpeur des aéroports, je survole Bruxelles à  l'aube et c'est tellement beau je me demande pourquoi partir.

J'ai attendu ma claque, en tirant ma valise dans le Air train, en tentant de sortir à Nostrand, en pataugeant dans la neige bouillie. J'habite l'équivalent de châteaurouge/châteaud'eau, les gens sont très gentils, les maisons sont mignonnes, mais pour l'instant rien ne vient. Manhattan, vite fait parce qu'en fait je passe mes journées entre un métro cracra et un écran d'ordinateur. Comme à Paris, comme dans n'importe quelle grande ville occidentale. Oui c'est haut, les gens vont vite, il parait que tout s'y passe, mais le MoMa est blindé de monde et moins chouette que Beaubourg, les bagels sont remplis d'une couche de 5 cm de cream cheese (pourtant je voue un culte au cream cheese mais je n'ai pas su finir), je comprends pas la différence entre un muffin et un cupcake, Topshop est la plus grande arnaque du prêt à porter (qualité H&M pour 3 fois le prix), les carottes sont amères, le café est dégueulasse, j'ai vu en courant un des symboles touristiques de la ville : Time Square, un panneau publicitaire géant (très représentatif), il fait nuit à 16h30, il caille sa mère et j'arrive pas à trouver un manteau. Accessoirement, je suis pauvre.

Je crois qu'il me manque la mythologie de départ, le NYC en touriste, je comprends pas tout ce ramdam des jeunes hypeux qui se font leur semaine à Manhattan, leur aprème à Williamsburg et qui reviennent en rêvant d'y vivre, qui te parlent de leur grosse claque, tu vas voir c'est génial, t'as trop de la chance. Pour l'instant, j'ai surtout des tonnes de boulot tout en anglais, des scénarios à écrire, un film à tourner avant avril, un clip à faire, une série TV à créer. Je suis super enthousiaste, même si j'ai l'air de grommeler comme ça (j'ai le droit ici seulement), c'est juste que j'aimerais qu'on m'explique quand vient la claque de l'American way of life, quand est ce que je vais me dire qu'en effet c'est vraiment différent. J'ai l'impression d'être à Paris en plus grand, d'ailleurs la ville est peuplée de français, où que j'aille, dans la rue, au wholefood, au liquor store, en cours (!!) et dans n'importe quel métro les gens parlent français. Dépaysement total. A part ça, on a tous à peu près la même garde robe, on écoute la même musique, on aime les même films, on regarde les même séries et on rit aux même bagues... J'imagine qu'une école de cinéma réduit certainement le décalage possible, c'est juste un peu frustrant (heureusement ma coloc est haïtienne).

Pendant ce temps, de l'autre coté de la terre, y'en a un qui se nourrit exclusivement de semoule en regardant les infos tunisiennes en boucle et d'autres qui se préparent à tourner mon scénario, avec mon frère et mon caisson subaquatique... j'ai mal au ventre à chaque cœur sur Gtalk et à chaque photo made in Boulogne-sur-mer que je reçois. Parfois je regrette d'être partie, puis je me dit déjà un mois,  surtout plus que 3, faudrait songer à en profiter. Heureusement, j'ai quelques boutons faciles à pousser pour marcher vite sur la 23rd, accélérer mon bpm interne et retrouver le duwah...

 

ou Sleepyhead, ça marche toujours.

Posté par _in_ à 02:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire