- in -

Work, Work, Work (Pub, Club, Sleep)

02 mars 2011

We would go far into the sea

 IMG_3654

Chaque nuit j'ouvre les yeux et encore à demi consciente je cherche au dessus les indices qui me diront où je suis. Je viens de réaliser que ça m'arrive toutes les nuits, à Toulouse, Pornic, Tunis, Paris 12, Paris 13, Brooklyn, et Boulogne sur mer. Je connais chaque plafond, et pourtant chaque nuit reste sans réponse, j'ouvre les yeux, quel est ce décor, où suis-je, haaaa, je referme. Sur le canapé de Boulogne sur mer, donc, y'a un gripboy avec des cheveux en bordel qui me parle de la nostalgie de nos endroits d'enfances, des origines, d'être 'homesick' dans sa propre maison. Je me demande s'il s'est renseigné avant de venir me tchatcher comme ça, allongé en bataille, où si c'est une espèce de rencontre magique que je vais pas tarder à regretter... En même temps, ça fait partie du jeu, chaque tournage appelle son flirt, on en a fait une marque déposée, le beguin de tournage, ce mec qui va te donner le courage de te lever à 6h du mat tous les jours et de quand même faire quelques efforts de mise en forme... De toutes façons j'ai pris l'avion sans bagage, j'ai 2 jupes et 2 robes et des collants filés, lui il vient me remercier à l'oreille parce qu'il a vu mes seins quand je déplaçais la passerelle sur le bassin, le look de pute sur le plateau : check. Finalement je crois que cette histoire de drague décomplexée en tournage est intégrée par tout le monde, personne n'était célibataire et ça chauffait derrière chaque projecteur. Après j'ai essayé de me cacher un peu, parce que je suis plus en état de refuser quoi que ce soit (2 mois déjà, 2 more to go), mais il était très fort pour me dénicher  dans l'atelier pour débattre du principe d'incertitude et de la recette de la Mloukheya, me demander pourquoi je le regarde comme ça, et soudain c'est vrai que je suis mariée? Oui c'est vrai putain, mec, je suis mariée à un homme qui te ressemble un peu trop, les cheveux en moins, ou en fait c'est juste votre coté tunisien/mal rasé/j'aime la physique quantique/et les mangas obscurs : haha en fait je fais juste un énorme transfert, tout va très bien, rien de trop grave, lalala. Je l'ai soigneusement évité pendant la séance de gros calin de fin de tournage, je lui ai à peine dit aurevoir, j'ai sauté dans l'avion, et maintenant je ressasse. C'est marrant comme à chaque fois je me fais les mêmes histoires, les mêmes rencontres qui n'iront nulle part, et comme à chaque fois elles me posent la même question. Dans trois jours si tout va bien je l'aurais oublié, je serais (re)passée au gripboy new yorkais ou à cet indien limite underaged qui me paie des bières en essayant de me convertir en supporter des Knicks. Rentrer à New York comme sortie d'un rêve, ne pas se sentir at home du tout, la neige a fondu, ce qui m'arrange pas trop j'en avais besoin pour tourner.

Posté par _in_ à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire