- in -

Work, Work, Work (Pub, Club, Sleep)

15 septembre 2008

Strong warnings in the guise of gentle words

J'ai fini par vider mon bol de soupe dans l'évier en sanglotant, j'ai aperçu dans la fenêtre ma silhouette triste, un chignon haut et une jupe de danseuse, et mon visage défait. La trêve aura duré aussi longtemps que mes absences. Je suis revenue sans vraiment d'autres échappées prévues, donc j'essaie de m'installer un peu et étrangement ça ne passe pas. Je suis déjà fatiguée de devoir me battre, de devoir lui imposer ma légitimité à vouloir organiser mon espace de vie et de travail. Notre incompatibilité dans la logistique de la vie quotidienne m'effraie de plus en plus.

 

Posté par _in_ à 14:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 septembre 2008

Only jumping, only freaking out

Undertoad me lâche bien vite, j'oublie que je pourrais m'inquiéter de tout ce que je pourrais perdre pour pleurer ce que je n'ai jamais eu. J'attends une mauvaise nouvelle pour 17h, ma vie qui me recracherait au visage que je ne peux pas me moquer de tout indéfiniment, qu'un jour je devrais vraiment vouloir les choses, et travailler pour y arriver. Ma vie qui jusqu'à aujourd'hui me laisse survoler sans échec tout ce que je pourrais mieux faire. Je me dégoute de cette nonchalance, de croire que je suis capable de tout mais qu'on n'en attend pas tant de moi. J'ai bluffé tout le monde, à satisfaire trop largement leurs attentes en n'en faisant que le sous minimum. J'attends avec impatience le jour où je me prendrais une porte violemment dans ma petite face de poupée dodue, j'attends que la vie me montre que je ne peux plus m'en moquer, que je pourrais faire tellement mieux, aller tellement plus loin si j'arrêtais de me contenter de ma petite intelligence et que je me mettais à bosser un peu.

edit : à 17h heure la nouvelle a été bonne, je travaillerais peut être dans une autre vie ...

Posté par _in_ à 16:21 - Commentaires [1] - Permalien [#]

05 septembre 2008

"Waiting to suck him under and drag him out to sea"

P1010018


Elle ne veut pas raconter Moscou. Elle court seule sur la plage et nous fait quand même goûter le caviar et la vodka. Elle ne sais pas l'oublier, elle reste amoureuse malgré le mal qu'il lui a fait. Je pense avec grande inquiétude qu'un autre russe l'attend à Lille, le violent/violeur à qui elle devra aussi résister. Elle me dit qu'en plus il vient d'être accepté dans son école, dans sa classe. La grande inquiétude devient Under Toad...

J'ai terminé Garp donc, entre la plage et le sofa, sous le soleil de septembre et l'odeur des mûres.

Posté par _in_ à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 septembre 2008

Teach him how to dance with you...

P1010009


Je me suis rappelée de l'état lamentable dans lequel me mettait ce job quand tous mes anciens collaborateurs se sont extasiés devant ma mine radieuse. J'ai juste le sourire et le teint légèrement halé, toujours plus de cernes et de kilos sur la balance mais ils semblent tous ébahis. L'américain de *TV me trouve gorgeous et je redonne mon numéro à ceux que je croyais devoir oublier...

Après les félicitations et l'émotion de voir l'achèvement de mes derniers mois de boulots, les souvenirs sont devenus encore plus durs lorsque j'ai vu la mine légèrement moins rayonnante de Charl'. Je me dis qu'elle mériterait juste qu'un sarde (ou un autre) vienne l'enlever pour l'emmener loin de tout, au soleil, pour qu'elle oublie aussi vite que moi les ravages que peuvent faire la folie (et la drogue) des autres. D'un autre en particulier, surtout.

Des 5 heures passées vendredi  au studio ne reste que l'amertume de tout ce gachis. Mon énergie et toute la luminosité de mon visage ont été pompées aussi vite qu'en 2 ans. J'avais mis si peu de temps pour m'en remettre, pour oublier, que le choc fut violent. En courant à Montparnasse pour me dépêcher d'atteindre l'océan, je me suis promise de ne plus y mettre les pieds.

Posté par _in_ à 23:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 août 2008

Flur, flurry home


rouge


Il dort et je teste l'interaction de la lumière naturellement rouge avec les capteurs numériques. Ce dimanche sera tout sauf studieux, le café et les baklawas allongés sur des tissus de roots sous le palmier, Liba et son homme qui nous racontent le Portugal, les vidéos nostalgies de nos protégés de juillet qui nous manquent un peu, les bières sous les guirlandes et la Garonne la nuit. Ce matin j'essaie de me lever tôt pour travailler tôt, mais j'emmerge doucement pour trouver un mail de mon ex boss qui m'accuse d'avoir poussé Charl' à s'enfuir... J'aime quand Paris se rappelle à moi dans tout ce qui m'a poussé à m'enfuir aussi avant elle. J'ai presque envie d'annuler ce billet de jeudi, ne pas voir l'expo tant pis, ni les concerts tant pis...

Posté par _in_ à 11:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]

22 août 2008

Procrastination

P1000947_2

La porte, l'arbre et l'homme...


Je fais du pain. Je compte les figues qui murissent sous ma fenêtre. Je nettoie la cuisine. Je checke les facebooks de mes amis de lycée. Je nettoie les deux ordinateurs. Je trie les photos de Tunis. Je regarde les feuilles pousser sur le Bachira. Je sors acheter des cadeaux indispensables pour la rentrée de Liba. J'achète aussi pleins de bandes de cire et j'hésite sérieusement à me lancer dans une séance d'épilation. Je détoure nos avatars mangas pour faire un 2 en 1. Je lis l'intégrale de l'emballage de lessive. Je fais une recherche acharnée sur troc de prem's pour arriver le plus tard possible à Paris jeudi et gagner ainsi une journée de travail à Toulouse, vu que visiblement je perds trop de temps, là...

Posté par _in_ à 14:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2008

Are you begging for a break?

Ma petite sœur est enfin rentrée de Moscou où elle s'était fait abandonnée par son russe... Elle pleure et elle n'arrête pas de pleurer, elle me dit que je ne sais pas à quel point j'ai de la chance, d'avoir trouvé une perle rare pendant qu'elle ne tombe que sur des hommes qui ne savent pas aimer (ni respecter, visiblement). Encore un à qui on irait bien casser la gueule, Kha et moi...

Ensuite, ma perle rare me bourre la gueule pour obtenir une cigarette, et je me retrouve à lui raconter mes doutes de juin dernier, comment quand il est comme ça j'hesite entre me barrer à New York ou à Wellington... Et il tombe de haut, encore une fois. Je crois que je m'y prends très maladroitement... D'autant que dans la même conversation on parle de compte commun et de mariage, et qu'il checke les statistiques des prénoms qu'il aime pour les bébés qu'on fera dans 5 ans...

Sinon, on passe nos nuits à regarder Cowboy Bebop en mangeant de la tarte au chocolat et en se disant que c'est cool de faire des bétises avec son meilleur ami.

Et sinon aussi, j'aime recevoir un chèque de 892€ du Trésor Public quand je ne sors rien de mon compte en banque depuis des mois parce que mon amoureux est macho et qu'il m'a dit que c'est interdit.

Voilà. Je fuis le travail comme je peux...

Posté par _in_ à 13:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2008

Come wander with me Love


Come Wander With Me - Jeff Alexander

 


med

 

J'ai traversé la Méditerranée à l'heure où la tombée de la nuit fait disparaitre l'horizon dans la chaleur de l'évaporation.

Ensuite, j'ai tout découvert. Tu pourras toujours raconter "là bas..." , il faudra finalement oublier tout le raconté pour apprendre brutalement mais en douceur que rien ne ressemble à ce que l'on raconte. On a découvert ensemble comme tout avait changé, comme ses parents sont devenus progressivement plus que pratiquants, comme sa mère se voile pour sortir sur le balcon et comme offrir Persépolis à une gamine de 16 ans est un acte de rébellion qui déclenche un incident diplomatique. J'ai dormi avec elle dans sa chambre d'enfant, celle de Kha, celle dont les murs sont tapissés de livres, les sciences fictions en arabe et Kant et Houellebecq en français. J'imagine encore le scandale quand elle se penchera sur le dernier, je la préviens juste que ce n'est pas encore de son age et je laisse tout bien en place.

 

Le reste ce n'est que mon intégration et la chaleur qui me court sur le corps. Le reste c'est mon vocabulaire arabe qui rentre vite et qui s'arrête presque uniquement au champ lexical culinaire, c'est les siestes sous le climatiseur et le café arabe avec 3 gouttes de fleur d'oranger, c'est Radès au crépuscule, toujours, et les fruits qui poussent sur les cactus, et le Tang au magasin général et le Boga Cidre dans le frigo, le reste c'est 15 jours sans avoir le droit de se toucher et les ruses pendant la sieste, c'est son frère les yeux condamnés qui crie et qui rit à toutes heures et sa mère qui m'avoue que ça lui casse la tête, c'est son père qui part soudain très vite dans les montagnes enterrer sa mère...

 

Le reste, c'est le rythme particulier de nos journées, enfermés pour ne pas bruler, et tout ce que je comprends de lui en comprenant d'eux. J'aurais aimé ne pas avoir à me plier aux règles psy à la con, mais à voir sa mère s'énerver pour un T-Shirt placé dans la mauvaise lessive j'ai réalisé qu'il y avait des gènes contre lesquels je ne pourrais pas lutter. Ensuite voilà, nous sommes rentrés avec la bénédiction parentale "elle n'est pas Tunisienne mais au moins elle est belle et intelligente" (han) et des tonnes de baklawas au fond du sac. Maintenant il me reste à perdre les kilos de couscous/bricks/mloukhia/mechoui qui m'empêchent de reconnaître cette masse au fond du miroir.

Posté par _in_ à 14:10 - Commentaires [3] - Permalien [#]

27 juillet 2008

While I try to find the exit sign

J'ai sur ma peau l'odeur métallique de leur argent de poche que je recompte tous les jours. Je ne sais pas si j'ai même l'envie de m'en débarrasser... Il est déjà 3h, retour à la civilisation après 3 semaines d'autarcie au fin fond de l'Ardèche... et toujours entourée de 17 autres personnes je ne me suis jamais sentie aussi seule. Seule face à leurs handicaps, et seule face à elle et tout ce que je savais déjà et que je n'ai pas su anticiper, comme elle peut être dure et comme je ne voulais pas la voir comme ça, pas avec moi.

Je n'ai plus qu'une seule envie, retrouver Kha très vite, prendre un bain et oublier 5 minutes qu'il me faut encore me dépêcher. J'atterris lundi soir à Carcassonne, je quitte Toulouse mardi pour Tunis...

Je viens de tuer un cafard qui est tombé du plafond, là, dans la chambre du 1ère classe de Dijon où elle dort la culotte à l'air et où Clem marmonne dans son sommeil ... il me reste 6 cd à graver avant le matin pour pouvoir leur offrir les photos des vacances avant de rejoindre Bruxelles et leurs éducateurs. Je voudrais arriver vite.

Posté par _in_ à 03:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2008

Ain't good for you

.

P1000459_2


La bière oubliée dans le congélateur

.

Posté par _in_ à 10:59 - Commentaires [2] - Permalien [#]